Règles douloureuses, est-ce normal ?

Pourquoi les règles sont parfois plus douloureuses ?

De manière générale, les indispositions normales surviennent 14 jours après une ovulation, qui n’est pas fécondée ni implantée. La plupart des personnes menstruées souffrent de menstruations douloureuses. En fait, le phénomène touche 50% à 80% d’entre elles en fonction de la classe d’âge. Plus de 10% se sentent même trop mal et finissent par changer leurs activités au quotidien, comme rester au lit sans rien faire au lieu de travailler ou d’étudier. Tous les individus n’ont pas les mêmes réactions. Il y en a qui n’ont que de légères souffrances, voire aucune, durant les menstruations. D’autres sont extrêmement incommodés et passent des moments difficiles.

Description d’une règle douloureuse

Ce syndrome menstruel est dénommé scientifiquement la dysménorrhée. Il s’agit de l’un des troubles gynécologiques les plus habituels dont beaucoup de personnes menstruées souffrent. Cette affection se caractérise communément par des douleurs en bas de l’abdomen avant ou pendant les règles. Elle se traduit par une contraction de l’utérus, identique à l’accouchement, due à une forte production de prostaglandines.

Ces molécules aident à stimuler l’organe de reproduction pour expulser les saignements menstruels et les muqueuses. Les règles normales sont généralement douloureuses à l’adolescence et durant les années précédant la ménopause. Ce sont les périodes des fluctuations hormonales. À ces moments-là, les douleurs menstruelles n’ont rien d’anormal et ne doivent pas t’inquiéter. Elles peuvent parfois s’estomper après la première grossesse.

Les symptômes de la règle douloureuse

Dans l’ensemble, les patientes sentent de fortes douleurs abdominales durant les cycles. C’est comme de violentes crampes dans le bas-ventre depuis le premier jour des saignements, et durant environ quelques jours. Viennent par la suite quelques signes assez gênants tels que la sensation de fatigue, les maux de tête, l’humeur changeante, la diarrhée, la rétention d’eau, l’acné, la nausée ou les vomissements. Le trouble du cycle menstruel est devenu de plus en plus infernal.

Les causes de ces troubles du cycle

La principale cause du trouble consiste en une forte contraction de l’utérus chez certaines femmes. En fait, l’endomètre sécrète une quantité importante de prostaglandines pour éliminer la dentelle utérine. Ce processus enclenche des douleurs et de l’inconfort.

Les dysménorrhées peuvent également survenir suite à la chute des hormones ovariennes (progestérone, estrogène) en fin de cycle. Un déséquilibre hormonal dans les ovaires engendre de nombreux changements au niveau du corps, des muscles, de l’humeur, etc.

Quand faut-il se rendre chez un médecin ?

À un certain niveau, les règles douloureuses et caillots de sang s’accumulent. Le flux menstruel devient important, voire très abondant. Là, la situation est tout à fait inquiétante. Les règles douloureuses ne passent pas avec la prise de paracétamol. Elles sont de plus en plus handicapantes au quotidien, et finissent par altérer le moral et la qualité de vie en général.

Cela peut être le signe d’une maladie gynécologique telle que l’endométriose, à savoir lorsque les contractions commencent à s’intensifier et s’accompagnent de saignements abondants chaque mois ou ménorragie. Il se peut également qu’une fièvre ou une sécrétion vaginale anormale apparaisse. Il est alors vraiment recommandé de consulter un médecin.

Comment soulager les règles douloureuses ?

Rien de plus désagréable dans la vie que des règles douloureuses. Pour dissiper ces malaises, le recours médicamenteux est loin d’être naturel, mais peut sauver à tout moment sans devoir en abuser. Il est également possible de décontracter les muscles utérins avec une bouillotte chaude, masser la partie douloureuse et réduire la consommation de sucre raffiné qui ne fait que favoriser la surproduction de prostaglandines.

Certains remèdes naturels se révèlent pratiques et efficaces pour atténuer la souffrance. Tels sont les huiles essentielles, comme l’huile essentielle de lavande ou l’huile d’onagre. L’onagre est aussi très recommandé pour prévenir le syndrome prémenstruel. Mais le plus essentiel est d’être le plus détendu possible durant le saignement menstruel afin d’éviter ce grand mal du ventre.

Laissez un commentaire

Votre avis compte énormément pour nous